La friche est un terrain qui n’est pas cultivé, où poussent les fleurs sauvages et les herbes folles. Un lieu où se terre la sauvagine, et sur lequel se complaisent les dernières espèces en liberté. Un sol laissé à l’abandon, qui ne reçoit ni engrais, ni poison. Qui ignore le soc de la charrue.

Autant dire, vous l’aurez aisément deviné, que les créateurs auxquels est consacré ce modeste site ne figurent pas sur le fronton des temples de l’art officiel et labellisé. Il s’agit essentiellement de personnes de modeste condition: artisans, ouvriers, paysans ou marginaux. N’y voyez surtout pas des excentricités dépourvues de sens, ou de simples objets de curiosité. Vous vous tromperiez lourdement! Dans cette société terriblement organisée, où le cauchemar sera bientôt remboursé par la sécurité sociale, ils nous offrent le rêve! Dans un monde désenchanté, ces hommes et ces femmes nous ouvrent les portes du merveilleux. A travers ces œuvres qui conjuguent jubilation et subversion, ils révèlent une inventivité débridée. Voyons-y les manifestations d’une imagination sans borne et délivrée de toute contrainte.




Joe Ryczko.



lundi 15 mars 2010

Ataa Oko et Frédéric Bruly Bouabré: deux créateurs africains à l’honneur à la Collection de l’Art Brut de Lausanne (5 mars – 22 août 2010).




Le Ghanéen Ataa Oko se lance dans la création graphique à l’âge de quatre vingt trois ans.


Il commence à dessiner de mémoire des cercueils figuratifs personnalisés qu’il a réellement construits dans son passé d’artisan menuisier. l’un en forme de poisson pour un pêcheur, un autre en forme de tomate pour un paysan. Dans ses compositions, il s’affranchit peu à peu de ses souvenirs, pour laisser place à un foisonnement de nouveaux motifs iconographiques vivement colorés : animaux, personnages, fruits ou êtres imaginaires, parfois monstrueux.


Visité
par
les
esprits,
en
constante
relation
avec
l’au-delà,
Ataa
Oko
chemine
également avec des entités spirituelles, qu’il représente sur son papier. Celles-ci sont assorties de projections mentales et de divagations vivifiantes, mais aussi de banales et fécondes représentations du quotidien, qui agissent comme des signes propices à stimuler son imagination.


L’œuvre prolifique de Frédéric Bruly Bouabré est née d’une vision céleste survenue à Dakar il y a plus de soixante ans et qui, dit-il, a illuminé sa vie. Les créations de ce poète, dessinateur, conteur, et penseur ivoirien comprennent notamment un ingénieux alphabet élaboré à partir de sa langue, le bété. Ce système, formé de 449 pictogrammes auxquels correspondent des syllabes, lui permettent de consigner les langues du monde entier. Dans sa démarche universaliste, Bruly Bouabré s’adonne également à une quête philosophique et poétique. Il catalogue les scarifications, relève d’innombrables signes sur la peau d’une banane, l’écorce d’une orange, sur une noix de cola, ou encore dans la forme d’un nuage; il y voit l’explication du monde.
L’auteur les retranscrit, aujourd’hui encore, à Abidjan, alors qu’il est âgé de quatre vint sept ans. Les travaux de Frédéric Bruly Bouabré réalisés avec une économie de moyens disent l’essentiel. Stylo à bille et crayons de couleur en main, le créateur intervient dans un style synthétique sur des feuilles de papier cartonné, de la dimension d’une carte postale pour la plupart. Ses compositions jouent à la fois sur l’écriture et le dessin - alliant le verbe et l’image - et contiennent une dimension édifiante et spirituelle.

Source: site de la Collection de l'Art Brut de Lausanne (http://www.artbrut.ch/).

Cliquez ICI pour vous rendre sur le site de la Collection de l'Art Brut de Lausanne.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget