La friche est un terrain qui n’est pas cultivé, où poussent les fleurs sauvages et les herbes folles. Un lieu où se terre la sauvagine, et sur lequel se complaisent les dernières espèces en liberté. Un sol laissé à l’abandon, qui ne reçoit ni engrais, ni poison. Qui ignore le soc de la charrue.

Autant dire, vous l’aurez aisément deviné, que les créateurs auxquels est consacré ce modeste site ne figurent pas sur le fronton des temples de l’art officiel et labellisé. Il s’agit essentiellement de personnes de modeste condition: artisans, ouvriers, paysans ou marginaux. N’y voyez surtout pas des excentricités dépourvues de sens, ou de simples objets de curiosité. Vous vous tromperiez lourdement! Dans cette société terriblement organisée, où le cauchemar sera bientôt remboursé par la sécurité sociale, ils nous offrent le rêve! Dans un monde désenchanté, ces hommes et ces femmes nous ouvrent les portes du merveilleux. A travers ces œuvres qui conjuguent jubilation et subversion, ils révèlent une inventivité débridée. Voyons-y les manifestations d’une imagination sans borne et délivrée de toute contrainte.




Joe Ryczko.



mardi 22 mars 2011

Giovanni Bosco à la galerie Christian Berst.

  
  Quand j'ai vu pour la première fois ses dessins et ses fresques murales, ce fut le choc.  C'était, s'il m'en souvient, dans le blogue de Jean-Louis Lanoux. Giovanni Bosco m'est immédiatement apparu comme un cas emblématique de l'art brut. Né en 1948 en Sicile, il exerce le métier de berger et d'ouvrier carrier. Un évènement dramatique fait basculer son existence et le précipite dans la misère. Dans la petite ville de Castellamare de Golfo, il se met un jour à peindre des fresques sur les portes et sur les murs. Il dessine sur des matériaux de fortune. Il aurait trouvé dans l'art un remède contre les affres de son quotidien. Giovanni Bosco a su transformer son existence en acte de poésie pure. Mélangeant lettres, chiffres et dessins, il se révèle un fabuleux créateur. Son oeuvre est exceptionnelle. A n'en pas douter, nous sommes devant un joyau de l'art brut à l'état pur. C'est pourquoi il faut se dépêcher d'aller voir l'exposition "Giovanni Bosco" à la galerie Christian Berst, 3-5, passage des Gravilliers 75003 Paris. Tél. 01.53.33.01.70.  Du 17 mars au 23 avril 2011. 
  Un catalogue de 120 pages accompagne cet évènement, avec des textes de Jean-Louis Lanoux et d'Eva di Stefano.




[Illustrations: Giovanni Bosco. Sans titre, sans date, feutre sur papier. Source: Galerie Christian Berst]

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget