La friche est un terrain qui n’est pas cultivé, où poussent les fleurs sauvages et les herbes folles. Un lieu où se terre la sauvagine, et sur lequel se complaisent les dernières espèces en liberté. Un sol laissé à l’abandon, qui ne reçoit ni engrais, ni poison. Qui ignore le soc de la charrue.

Autant dire, vous l’aurez aisément deviné, que les créateurs auxquels est consacré ce modeste site ne figurent pas sur le fronton des temples de l’art officiel et labellisé. Il s’agit essentiellement de personnes de modeste condition: artisans, ouvriers, paysans ou marginaux. N’y voyez surtout pas des excentricités dépourvues de sens, ou de simples objets de curiosité. Vous vous tromperiez lourdement! Dans cette société terriblement organisée, où le cauchemar sera bientôt remboursé par la sécurité sociale, ils nous offrent le rêve! Dans un monde désenchanté, ces hommes et ces femmes nous ouvrent les portes du merveilleux. A travers ces œuvres qui conjuguent jubilation et subversion, ils révèlent une inventivité débridée. Voyons-y les manifestations d’une imagination sans borne et délivrée de toute contrainte.




Joe Ryczko.



mardi 28 septembre 2010

Visions et créations dissidentes. Musée de la Création Franche. Bègles. Du 25 septembre au 28 novembre 2010.



Comme chaque année en pareille saison, le Musée de Bègles nous invite à découvrir des créateurs aux coudées franches. Ils sont huit, et se nomment Gwenaëlle Clabault, Anne-Marie Gbindoun, Kim Nawara, Huub Niessen, Fanny de Oliveira, Serge Paillard, Jean Nicolas Reinert et Giuseppe Barocchi. Les travaux de ce dernier me semblent tout à fait remarquables. L'homme vit à Florence et a été exposé par la Tinaîa. Ses dessins représentent la lutte entre le bien et le mal. Il utilise des feutres, des crayons de couleur et travaille sur papier cartonné. Ses compositions mêlent dessin et écriture. Elles s'avèrent particulièrement originales.
Dans le catalogue, on lira avec intérêt la préface de Noël Mamère qui appelle de ses voeux la création à Bègles d'un pôle culturel international. L'ouverture du Musée d'Art Brut à Villeneuve d'Ascq fait des émules. Il faut s'en féliciter.







Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget